Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Guinée, Cour suprême, Chambre civile, pénale, commerciale et sociale, 18 décembre 2006, 78

Imprimer

Civile

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 78
Numéro NOR : 147209 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;gn;cour.supreme;arret;2006-12-18;78 ?

Analyses :

DEGUERPISSEMENT


Parties :

Demandeurs : MADAME VEUVE MAROUN DAGHER NEE MONA MICHEL DAGHER REPRESENTEE PAR JEAN ABOU CHAKRA
Défendeurs : FEU MOHAMED KADER REPRESENTE PAR SOUHEL KADER

Texte :

ARRET N° 78
Du 18/12/2006

CHAMBRE: CIVILE, PENALE, COMMERCIALE ET SOCIALE

AFFAIRE

MADAME VEUVE MAROUN DAGHER NEE MONA MICHEL DAGHER REPRESENTEE PAR JEAN ABOU CHAKRA

CONTRE

FEU MOHAMED KADER REPRESENTE PAR SOUHEL KADER

OBJET: DEGUERPISSEMENT

DECISION

VOIR LE DISPOSITIF

REPUBLIQUE DE GUINEE
Travail - Justice - Solidarité
--------
Au nom du Peuple Guinéen
------------
Audience du 18 Décembre 2006
---------
La COUR SUPREME de la REPUBLIQUE de GUINEE, séant à Conakry, Chambre Civile, Pénale, Commerciale et Sociale, statuant en matière civile en son audience publique et ordinaire du Dix Huit Décembre Deux Mil Six à laquelle siégeaient:
Madame Hadja Aïssatou BALDE, Présidente de la Chambre Civile Pénale Commerciale et Sociale, PRESIDENTE;
Monsieur Lamine DIALLO, Conseiller à la Cour Suprême; CONSEILLER RAPPORTEUR;
Monsieur Kollet SOUMAH, Conseiller à la Cour Suprême, CONSEILLER;
En présence de Monsieur Alpha TOURE, Avocat Général, substituant Monsieur le Procureur Général, empêché;
Avec l'assistance de Maître Andrée CAMARA, Greffière en Chef par Intérim à ladite Cour;
A rendu l'arrêt dont la teneur suit dans la cause.
ENTRE
Madame Veuve Maroun DAGHER née Mona Michel DAGHER, née à Beyrouth (Liban) le 15-11-1938 de Nationalité Libanaise, demeurant au Liban et représentée par Abou CHAKRA, Commerçant demeurant à Conakry, ayant pour conseil, Maîtres Alpha Abdoulaye DIALLO et Fatoumata Binta DIALLO, Avocats à la Cour;
D'UNE PART
ET
Feu Mohamed KADER représenté par SOUHEL KADER demeurant à Conakry, ayant pour conseil Maître Sékou KOUNDIANO Avocat à la Cour;
D'AUTRE PART
La Justice de Paix de Guéckédou a, par Jugement n°13 du 28 Octobre 1993 décidé ainsi qu'il suit:
«Statuant publiquement, contradictoirement en matière civile et en premier ressort;
Après en avoir délibéré conformément à la loi;
Déclare l'action en paiement et déguerpissement intentée par Abou Jean CHAKRA contre Monsieur Mohamed KADER irrecevable parce que mal fondée;
Déboute purement et simplement Jean Abou CHAKRA de toutes ses prétentions de déguerpissement et paiement à l'égard de Mohamed KADER;
Déclare régulière et bien fondée la constitution de partie civile de Monsieur Mohamed KADER et y faisant droit;
Condamne Abou Jean CHAKRA, représentant Veuve Maroun DAGHER née Mona Michel à payer à Monsieur Mohamed KADER la somme de Vingt Millions (20.000.000) FG à titre de dommages intérêts;
Déclare en outre la justice de Paix de Guéckédou incompétente en ce qui concerne sa demande en paiement de salaires et le renvoie à mieux se pourvoir devant le Tribunal du travail seul compétent en la matière;
Frais et dépens à la charge du condamné;
Le tout en application des textes de loi susvisés»;
Madame Veuve Maroun DAGHER née Mona Michel DAGHER représentée par Monsieur Jean Abou CHAKRA a relevée appel de cette décision le 28 Octobre 1993 au Greffe de la Justice de Paix de Guéckédou;
La Cour d'Appel de Kankan a, par arrêt n°22 du 6 Octobre 1994 disposé ainsi qu'il suit:
«Statuant publiquement, contradictoirement en matière civile et en second ressort;
Reçoit l'appel de Monsieur Jean Abou CHAKRA.
Au Fond: Infirme la décision attaquée en toutes ses dispositions;
REFORMANT ET STATUANT A NOUVEAU
Déclare l'action de veuve MAROUN DAGHER représentée par Jean Abou CHAKRA bien fondée;
Constate la propriété exclusive de Feu Maroun DAGHER sur l'immeuble objet du Permis n°1749/EDT/54 du 9 Avril 1954 et dit que Veuve Maroun est son unique héritière;
Ordonne le déguerpissement de Mohamed KADER et tous occupants de son chef;
Déclare l'action en paiement des loyers échus justifiée;
Accorde à Madame Veuve Maroun la somme de 41.000.000 FG;
Déclare l'action du payement de salaire et dette de Mohamed KADER bien fondée;
Lui alloue la somme de 25.700.000 FG au titre de salaire, et 2.125.000 FG représentant la dette payée par lui au compte de la famille DAGHER;
Dit que les sommes de 25.700.000 FG et 2.125.000 FG seront déduits des 41.000.000 FG;
Condamne Mohamed KADER à payer à Madame Veuve Mona Michel DAGHER la différence soit 13.175.000 FG;
Met les dépens à sa charge;
Monsieur Mohamed KADER s'est pourvu en cassation le 10 Novembre 1994 au Greffe de la cour d'Appel de Kankan contre l'Arrêt n°22 du 06 Octobre 1994;
La Cour Suprême Saisie de ce pourvoi, a rendu le 11 Mars 1996 l'arrêt n°13 dont le dispositif est le suivant:
«Statuant publiquement, contradictoirement en matière civile et sur pourvoi:
En la Forme: Reçoit le pourvoi;
Au Fond: Casse et annule l'arrêt n°22 du 06 Octobre 1994 de la Cour d'Appel de Kankan;
Renvoie la cause et les parties devant la Cour d'Appel de Conakry;
Frais et dépens à la charge de la veuve Mona.
Considérant que sur renvoi de la Cour Suprême, la Cour d'Appel de Conakry a statué dans la cause le 7 Décembre 1999 par arrêt n°139 qui dispose ainsi qu'il suit:
«Statuant publiquement, contradictoirement en matière civile et sur appel;
En la Forme Reçoit l'appel de Madame Veuve Maroun DAGHER, née Mona Michel DAGHER, représentée par Abou CHAKRA;
Au fond: Déclare ledit appel mal fondé et confirme le Jugement n°13 du 28 Octobre 1993 de la Justice de Paix de Guéckédou en toutes ses dispositions;
Frais et dépens à la charge de l'appelante;
Le tout en application des dispositions des articles 871, 876, 740 et 741 du code de Procédure civile, Economique et Administrative;
Dame Veuve Maroun DGHER née Mona Michel DAGHER s'est pourvue en cassation contre l'arrêt sus-énoncé le 4 Novembre 2004 au Greffe de la cour suprême;
L'affaire fut inscrite à l'audience de la Cour Suprême le 30/10/2006;
Monsieur le Conseiller Rapporteur a fait lecture du rapport de l'affaire;
Le Ministère Public a été entendu en ses observations;
Les parties en leurs moyens fins et conclusions;
Puis l'affaire est mise en délibéré au 8/12/2006 pour arrêt être rendu le 18/12/2006;
Advenue cette date, la Cour Suprême après en avoir délibéré conformément à la loi, a statué en ces termes;

LA COUR
Statuant sur le pourvoi formé le 21 Octobre 2004 par Maître Fatoumata Binta DIALLO «Fabi» Avocat à la Cour et conseil de Madame Veuve Maroun DAGHER née Mona Michel DAGHER, contre l'arrêt n°139 du 07 décembre 1999 de la Cour d'Appel de Conakry rendu sur renvoi de la Cour Suprême;
VU les pièces du dossier;
Vu la loi Organique n°91/008/CTRN du 23/12/91 portant attributions, Organisation et fonctionnement de la cour Suprême;
Oui, Monsieur Lamine DIALLO, Conseiller Rapporteur en son rapport;
Oui Monsieur Alpha Ibrahima DIALLO, Procureur Général en ses Observations;
Après en avoir délibéré conformément à la loi.
Considérant qu'en l'espèce, il s'agit d'un second pourvoi; qu'il convient dès lors de saisir les Chambres Réunies de la Cour Suprême conformément à l'article 81 de la loi Organique susvisée;
PAR CES MOTIFS
Renvoie la cause et les parties devant les chambres Réunies de la Cour Suprême.
Met les dépens à la charge du Trésor Public.
Dit que le présent arrêt sera publié au bulletin de la Cour Suprême.
Ordonne sa transcription dans les registres à ce destinés.
Ainsi fait, jugé et prononcé publiquement les jour, mois et an que dessus.
Et ont signé le PRESIDENT, le CONSEILLER RAPPORTEUR et la GREFFIERE

Références :

Origine de la décision

Formation : Chambre civile, pénale, commerciale et sociale
Date de la décision : 18/12/2006
Date de l'import : 14/10/2011
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.