Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ Suisse, Tribunal fédéral, IIe Cour de droit civil  , Arrêt du 26 novembre 2018  , 5A 954/2018

Imprimer

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 5A_954/2018
Identifiant URN:LEX : urn:lex;ch;tribunal.federal.suisse;arret;2018-11-26;5a.954.2018 ?

Texte :

 
Bundesgericht 
Tribunal fédéral 
Tribunale federale 
Tribunal federal 
 
                 
 
 
5A_954/2018  
 
 
Arrêt du 26 novembre 2018  
 
IIe Cour de droit civil  
 
Composition 
M. le Juge fédéral von Werdt, Président. 
Greffier : M. Braconi. 
 
Participants à la procédure 
A.________, 
recourant, 
 
contre  
 
Office des poursuites de la Glâne, 
rue des Moines 58, 1680 Romont FR. 
 
Objet 
détermination du minimum vital, 
 
recours contre l'arrêt du Tribunal cantonal de l'Etat de Fribourg, Chambre des poursuites et faillites, en qualité d'autorité de surveillance, du 25 octobre 2018 (105 2018 143). 
 
 
Considérant en fait et en droit :  
 
1.   
Par décision du 3 septembre 2018, l'Office des poursuites de la Glâne a fixé à 800 fr. la quotité mensuelle saisissable du revenu de A.________ (  débiteur ). Statuant le 25 octobre 2018, la Chambre des poursuites et faillites du Tribunal cantonal de l'Etat de Fribourg a rejeté la plainte formée par le prénommé et confirmé le procès-verbal de saisie contesté.  
 
2.   
Par écriture du 18 novembre 2018, mais déposée directement auprès du Tribunal fédéral le lendemain, le débiteur interjette un recours au Tribunal fédéral contre l'arrêt cantonal. Il fait valoir qu'il "[se]  retrouve insaisissable pour le moment  " et sollicite "  une forme d'aide judiciaire  ", faute de pouvoir assumer les frais.  
Des observations n'ont pas été requises. 
 
3.   
Comme l'indique par ailleurs correctement l'arrêt attaqué ( art. 112 al. 1 let . d LTF), le délai de recours est de dix jours contre les décisions d'une autorité cantonale de surveillance en matière de poursuite pour dettes et de faillite ( art. 100 al. 2 let. a LTF ). Le recourant affirme avoir observé ce délai, l'arrêt entrepris lui ayant été "  notifié le 14 novembre 2018 par courrier A  ".  
Cette assertion est manifestement erronée. En réalité, il ressort d'une lettre de l'autorité cantonale du 12 novembre 2018 que l'acte destiné à l'intéressé n'a pas été retiré et a été retourné au Tribunal cantonal, de telle sorte qu'il est "  réputé notifié à l'expiration d'un délai de sept jours à compter de l'échec de la remise  ". Il résulte du suivi des envois de la Poste que le recourant a été "  avisé pour retrait  " le  30 octobre 2018 , le délai de garde expirant le  6 novembre 2018 ; ce dernier jour étant ainsi pertinent pour la computation du délai, la présente écriture, déposée le  19 novembre 2018 , apparaît tardive ( art. 44 al. 2 LTF ; ATF 139 IV 228 consid. 1.1 et les arrêts cités).  
 
4.   
Vu ce qui précède, le recours doit être déclaré irrecevable par voie de procédure simplifiée ( art. 108 al. 1 let. a LTF ). Comme les conclusions du recourant étaient vouées d'emblée à l'échec, il se justifie de rejeter sa requête d'assistance judiciaire ( art. 64 al. 1 LTF ), ce qui entraîne sa condamnation aux frais ( art. 66 al. 1 LTF ). 
 
 
Par ces motifs, le Président prononce :  
 
1.   
Le recours est irrecevable. 
 
2.   
La requête d'assistance judiciaire est rejetée. 
 
3.   
Les frais judiciaires, arrêtés à 300 fr., sont mis à la charge du recourant. 
 
4.   
Le présent arrêt est communiqué au recourant, à l'Office des poursuites de la Glâne et au Tribunal cantonal de l'Etat de Fribourg. 
 
 
Lausanne, le 26 novembre 2018 
 
Au nom de la IIe Cour de droit civil 
du Tribunal fédéral suisse 
 
Le Président : von Werdt 
 
Le Greffier : Braconi 

Origine de la décision

Formation : Iie cour de droit civil  
Date de la décision : 26/11/2018
Date de l'import : 23/12/2018

Fonds documentaire ?: www.bger.ch

www.bger.ch
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.