Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour de cassation, Chambre sociale, 18 décembre 2001, 98-42084

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Sociale

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 98-42084
Numéro NOR : JURITEXT000007437360 ?
Numéro d'affaire : 98-42084
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;2001-12-18;98.42084 ?

Texte :

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le pourvoi formé par :

1 / la société Manufrance Distribution, société à responsabilité limitée,

2 / la société Manufacture Industries, société à responsabilité limitée,

toutes deux ayant leur siège ...,

en cassation d'un arrêt rendu le 28 janvier 1998 par la cour d'appel de Lyon (chambre sociale collégiale, section A), au profit de Mlle Caroline X..., demeurant ...,

défenderesse à la cassation ;

LA COUR, en l'audience publique du 13 novembre 2001, où étaient présents : M. Waquet, conseiller doyen faisant fonctions de président, M. Ransac, conseiller rapporteur, M. Bouret, conseiller, MM. Funck-Brentano, Leblanc, conseillers référendaires, M. Duplat, avocat général, Mme Ferré, greffier de chambre ;

Sur le rapport de M. Ransac, conseiller, les observations de Me Blanc, avocat de la société Manufacture Industries, de la SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, avocat de Mlle X..., les conclusions de M. Duplat, avocat général, et après en avoir délibéré conformément à la loi ;

Donne acte à la société Manufrance Distribution du désistement de son pourvoi ;

Sur le moyen unique :

Attendu que la société Manufrance Industries fait grief à l'arrêt attaqué (Lyon, 28 janvier 1998), qui l'a déclarée recevable en son intervention volontaire à l'instance opposant la société Manufrance Distribution à Mlle X..., de l'avoir condamnée à payer à celle-ci des rappels de salaire, un complément d'indemnité de préavis et des dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, alors, selon le moyen, que le tiers qui intervient volontairement à l'instance pour appuyer les prétentions de la partie défenderesse ne peut être condamné aux lieu et place de celle-ci au profit de la partie demanderesse sans violer l'article 330 du nouveau Code de procédure civile ;

Mais attendu que si l'arrêt relève que la société Manufrance Industries est intervenue volontairement à l'instance en adoptant les moyens invoqués par la société Manufrance Distribution, appelante, il n'en résulte pas qu'elle se bornait à appuyer les prétentions d'une partie, dès lors que sa qualité de coemployeur retenue par la cour d'appel lui conférait, peu important la présentation de moyens identiques à ceux de la société appelante, un droit propre à intervenir à titre principal, en sorte qu'elle encourait les mêmes condamnations que l'appelante ; d'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;

Condamne les sociétés Manufrance Distribution et Manufacture Industries aux dépens ;

Vu l'article 700 du nouveau Code de procédure civile, condamne la société Manufacture Industries à payer à Mlle X... la somme de 12 000 francs ou 1 829,39 euros ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de Cassation, Chambre sociale, et prononcé par le président en son audience publique du dix-huit décembre deux mille un.

Références :

Décision attaquée : Cour d'appel de Lyon (chambre sociale collégiale, section A), 28 janvier 1998


Publications :

Proposition de citation: Cass. Soc., 18 décembre 2001, pourvoi n°98-42084

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Président : M. WAQUET conseiller

Origine de la décision

Formation : Chambre sociale
Date de la décision : 18/12/2001
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.