La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

28/05/1968 | FRANCE | N°67-92508

§ | France, Cour de cassation, Chambre criminelle, 28 mai 1968, 67-92508


REJET DES POURVOIS FORMES PAR : 1° ROCHER (YVES), 2° BOUCHER (MARCEL), 3° GIBOIRE (JOSEPH), 4° PARRAUD (ANDRE), CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'APPEL DE PARIS, EN DATE DU 28 JUIN 1967, QUI A CONDAMNE : PARRAUD A 6000 FRANCS D'AMENDE, GIBOIRE, A 8000 FRANCS D'AMENDE, BOUCHER A 3600 FRANCS D'AMENDE, ROCHER, A 15000 FRANCS D'AMENDE POUR EXERCICE ILLEGAL DE LA PHARMACIE, CE DERNIER AYANT ETE DECLARE COUPABLE, EN OUTRE, DE COMPLICITE DU DELIT DE PUBLICITE PHARMACEUTIQUE ILLICITE LA COUR, JOINT LES POURVOIS, VU LA CONNEXITE ;

VU LE MEMOIRE PRODUIT ;

SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PR

IS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 511, 512, 517, 551 ET 556 DU CO...

REJET DES POURVOIS FORMES PAR : 1° ROCHER (YVES), 2° BOUCHER (MARCEL), 3° GIBOIRE (JOSEPH), 4° PARRAUD (ANDRE), CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'APPEL DE PARIS, EN DATE DU 28 JUIN 1967, QUI A CONDAMNE : PARRAUD A 6000 FRANCS D'AMENDE, GIBOIRE, A 8000 FRANCS D'AMENDE, BOUCHER A 3600 FRANCS D'AMENDE, ROCHER, A 15000 FRANCS D'AMENDE POUR EXERCICE ILLEGAL DE LA PHARMACIE, CE DERNIER AYANT ETE DECLARE COUPABLE, EN OUTRE, DE COMPLICITE DU DELIT DE PUBLICITE PHARMACEUTIQUE ILLICITE LA COUR, JOINT LES POURVOIS, VU LA CONNEXITE ;

VU LE MEMOIRE PRODUIT ;

SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 511, 512, 517, 551 ET 556 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE ET 593 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, DEFAUT DE MOTIFS ET MANQUE DE BASE LEGALE, "EN CE QUE L'ARRET ATTAQUE A DECLARE LES DEMANDEURS COUPABLES D'EXERCICE ILLEGAL DE LA PHARMACIE ET ROCHER COUPABLE DE COMPLICITE DE PUBLICITE ILLICITE POUR UN MEDICAMENT, AUX MOTIFS QUE L'INOPLAST, FABRIQUE OU MIS EN VENTE PAR LES PREVENUS, EST FORME DE DIVERS PRODUITS N'AYANT INDIVIDUELLEMENT AUCUNE PROPRIETE PREVENTIVE OU CURATIVE, REELLE OU ALLEGUEE, A L'EGARD DES MALADIES HUMAINES, MAIS QUE LEUR REUNION FORME UN "PANSEMENT ELECTROSTATIQUE" ET CONSTITUE UNE "COMPOSITION", AU SENS DE L'ARTICLE 511 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE, ET QUE CETTE COMPOSITION A ETE PRESENTEE COMME POSSEDANT DES PROPRIETES CURATIVES A L'EGARD DES MALADIES HUMAINES ET CONDITIONNEE EN VUE DE L'USAGE AU POIDS MEDICINAL ;

ALORS QUE CONSTITUENT DES COMPOSITIONS TOUS PRODUITS DANS LESQUELS DES ELEMENTS DIVERS ONT ETE REUNIS EN VUE D'UN EFFET CURATIF OU PREVENTIF A OBTENIR GRACE A L'ASSOCIATION DES PRINCIPES ACTIFS DE CES ELEMENTS, QU'AINSI LA "COMPOSITION" NE PRESENTE PAS DE DIFFERENCE DE NATURE AVEC LES "DROGUES" OU "SUBSTANCES" MEDICAMENTEUSES, DONT ELLE EST UNE VERITE PLUS COMPLEXE ;

ALORS QUE LES COMPOSANTS DE L'INOPLAST N'ONT, D'APRES LES ENONCIATIONS DE L'ARRET ATTAQUE, AUCUNE PROPRIETE ACTIVE, REELLE OU ALLEGUEE, A L'EGARD DES MALADIES, QUE LEUR ASSEMBLAGE SEUL A UN EFFET ACTIF OU PRETENDU TEL NON PAR LUI-MEME MAIS PAR LA PRODUCTION D'ELECTRICITE STATIQUE ;

QU'ON SE TROUVE EN PRESENCE NON D'UN MEDICAMENT MAIS D'UN APPAREIL PRODUCTEUR D'ELECTRICITE, DONT LA FABRICATION ET LA DISTRIBUTION NE SONT PAS RESERVES AUX PHARMACIENS" ;

ATTENDU QU'IL RESULTE DES ENONCIATIONS DE L'ARRET ATTAQUE QUE LES DEMANDEURS, QUI NE SONT PAS TITULAIRES DU DIPLOME DE PHARMACIEN, ONT FABRIQUE ET MIS EN VENTE UN ASSEMBLAGE DE FEUILLETS METALLISES A BASE D'ALUMINIUM, RELIES A UNE BANDE DE TISSU ADHESIF RENFERMANT DANS SA COMPOSITION, UNE SUBSTANCE DERIVEE DU ZINC ;

QUE CE PRODUIT, DENOMME "INOPLAST", ETAIT CONDITIONNE EN VUE DE L'USAGE AU POIDS MEDICINAL ;

QUE LES DIVERS ELEMENTS DE L'"INOPLAST", CONSIDERES ISOLEMENT, N'AVAIENT PAS DE PROPRIETES CURATIVES REELLES OU ALLEGUEES, MAIS QUE LEUR REUNION ETAIT PRESENTEE AU PUBLIC COMME "UN PANSEMENT ELECTROSTATIQUE" PERMETTANT DE TRAITER PLUSIEURS MALADIES TELLES QUE LES RHUMATISMES, LA SCIATIQUE ET LES CRISES HEPATIQUES ;

ATTENDU QU'A BON DROIT LA COUR D'APPEL A CONDAMNE LES DEMANDEURS POUR AVOIR FABRIQUE ET VENDU DES MEDICAMENTS DONT LA PREPARATION ET LA DISTRIBUTION SONT RESERVEES AUX PHARMACIENS PAR L'ARTICLE L 512 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE ;

QU'EN EFFET, AUX TERMES DE L'ARTICLE L 511 DU MEME CODE, TEL QU'IL ETAIT REDIGE A L'EPOQUE DES FAITS, ON ENTEND PAR MEDICAMENT TOUTE DROGUE, SUBSTANCE OU COMPOSITION QUI, CONDITIONNEE AU POIDS MEDICINAL, EST PRESENTEE COMME POSSEDANT DES PROPRIETES CURATIVES A L'EGARD DES MALADIES HUMAINES ;

QUE CE TEXTE A FAIT AINSI UNE DISTINCTION ENTRE LA PREPARATION DE SUBSTANCES QUI PEUVENT RENFERMER DES PRINCIPES ACTIFS ET LA COMPOSITION DE DIVERS ELEMENTS, QU'ELLE QU'EN SOIT LA NATURE, DONT LES PROPRIETES CURATIVES ALLEGUEES RESULTENT SEULEMENT DE LEUR REUNION, CE QUI EST LE CAS DE L'ESPECE ;

QU'IL S'ENSUIT QU'EN L'ETAT DES CONSTATATIONS SUSVISEES, LE PRODUIT FABRIQUE ET VENDU SOUS LA DENOMINATION D'INOPLAST CONSTITUE BIEN UN MEDICAMENT, AU SENS DE L'ARTICLE L 511 PRECITE ;

QUE, DES LORS, LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DES INFRACTIONS AUX ARTICLES L 511 ET L 512 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE AYANT ETE CARACTERISES PAR L'ARRET, L'APPLICATION QUI A ETE FAITE AUX DEMANDEURS DES PEINES PREVUES PAR L'ARTICLE L 517 DU MEME CODE EST JUSTIFIEE ;

QU'AINSI LE MOYEN NE SAURAIT ETRE ACCUEILLI ;

ET ATTENDU QUE L'ARRET EST REGULIER EN LA FORME ;

REJETTE LES POURVOIS PRESIDENT : M X... : M ESCOLIER- AVOCAT GENERAL : M BOUCHERON-AVOCAT : M Y...


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Criminelle

Analyses

PHARMACIEN - Exercice illégal de la profession - Médicament - Définition - Assemblage de feuillets métallisés reliés à un tissu adhésif.

PHARMACIEN - Exercice illégal de la profession - Médicament - Définition - "Pansement électrostatique".

Des feuillets à base d'aluminium dont la réunion est présentée comme possédant des propriétés curatives constituent une composition au sens de l'article 51 du Code de la santé publique. Cet assemblage doit être, en conséquence, considéré comme un médicament dont la préparation est réservée au pharmacien par l'article L. 512 du même Code (1).


Références
Code de la santé publique 51
Code de la santé publique L512
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Crim., 28 mai 1968, pourvoi n°67-92508, Bull. crim. N. 178
Publié au bulletin des arrêts de la chambre criminelle N. 178
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 28/05/1968
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 67-92508
Numéro NOR : JURITEXT000007059381 ?
Numéro d'affaire : 67-92508
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1968-05-28;67.92508 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.