La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

25/04/1968 | FRANCE | N°JURITEXT000006977249

France | France, Cour de cassation, Chambre civile 3, 25 avril 1968, JURITEXT000006977249


SUR LE PREMIER MOYEN : ATTENDU QUE LES EPOUX X... ETAIENT LOCATAIRES D'UN LOCAL A USAGE COMMERCIAL ET D'HABITATION DONT LES EPOUX Y... ETAIENT PROPRIETAIRES ;

QUE LE 14 FEVRIER 1964, ILS ONT DEMANDE LE RENOUVELLEMENT DE LEUR BAIL EN COURS DE RECONDUCTION ET QUE, LE 13 AVRIL 1964, LES EPOUX Y... ONT VENDU LEUR IMMEUBLE A RYCKEBOSCH QUI A NOTIFIE LA VENTE AUX EPOUX X... LE 5 AOUT 1964 ;

QUE, SUR L'ASSIGNATION DE RYCKEBOSCH ET DES EPOUX Y... PAR LES EPOUX X..., UN EXPERT A ETE DESIGNE AVEC MISSION DE REUNIR LES ELEMENTS D'APPRECIATION, LE CAS ECHEANT, DU MONTANT DE L'INDEMNITE D'EVI

CTION SUSCEPTIBLE D'ETRE DUE AUX EPOUX X... ;

ATTENDU QU'I...

SUR LE PREMIER MOYEN : ATTENDU QUE LES EPOUX X... ETAIENT LOCATAIRES D'UN LOCAL A USAGE COMMERCIAL ET D'HABITATION DONT LES EPOUX Y... ETAIENT PROPRIETAIRES ;

QUE LE 14 FEVRIER 1964, ILS ONT DEMANDE LE RENOUVELLEMENT DE LEUR BAIL EN COURS DE RECONDUCTION ET QUE, LE 13 AVRIL 1964, LES EPOUX Y... ONT VENDU LEUR IMMEUBLE A RYCKEBOSCH QUI A NOTIFIE LA VENTE AUX EPOUX X... LE 5 AOUT 1964 ;

QUE, SUR L'ASSIGNATION DE RYCKEBOSCH ET DES EPOUX Y... PAR LES EPOUX X..., UN EXPERT A ETE DESIGNE AVEC MISSION DE REUNIR LES ELEMENTS D'APPRECIATION, LE CAS ECHEANT, DU MONTANT DE L'INDEMNITE D'EVICTION SUSCEPTIBLE D'ETRE DUE AUX EPOUX X... ;

ATTENDU QU'IL EST REPROCHE A L'ARRET D'AVOIR REJETE LA DEMANDE DES EPOUX Y... QUI SOLLICITAIENT LEUR MISE HORS DE CAUSE, AU MOTIF QU'ILS AVAIENT ETE ASSIGNES AVANT LA VENTE DE L'IMMEUBLE ET N'AVAIENT PAS AVISE EN TEMPS UTILE LE LOCATAIRE QUI AVAIT DU ASSIGNER ULTERIEUREMENT RYCKEBOSCH, PERE DE LA DAME Y..., ALORS QUE LA SEULE CONSTATATION DE LA VENTE INTERVENUE AU BENEFICE DE RYCKEBOSCH ET REGULIEREMENT NOTIFIEE AUX PRENEURS DEVAIT NECESSAIREMENT CONDUIRE LA COUR D'APPEL A METTRE HORS DE CAUSE LES ANCIENS PROPRIETAIRES QUI N'AVAIENT PLUS AUCUNE OBLIGATION ENVERS LES LOCATAIRES ET DONT LA PRESENCE A UNE EXPERTISE ORDONNEE EN APPLICATION DE LA LEGISLATION SUR LES BAUX COMMERCIAUX ETAIT DEVENUE SANS OBJET ;

MAIS ATTENDU QUE LA VENTE DE LEUR IMMEUBLE A RYCKEBOSCH ET SA NOTIFICATION AUX EPOUX X... NE DECHARGEAIENT NULLEMENT LES EPOUX Y... DE LEUR OBLIGATION DE PAYER L'INDEMNITE D'EVICTION QUI POUVAIT ETRE DUE A DES LOCATAIRES AUXQUELS ILS AVAIENT REFUSE, AVANT LA VENTE, LE RENOUVELLEMENT DE LEUR BAIL ;

QUE LE MOYEN N'EST PAS FONDE ;

SUR LE SECOND MOYEN : ATTENDU QU'IL EST ENCORE FAIT GRIEF A LA COUR D'APPEL D'AVOIR ACCUEILLI LA DEMANDE DE DESIGNATION D'UN EXPERT EN VUE DE LA DETERMINATION DU MONTANT DE L'INDEMNITE D'EVICTION, ALORS QUE, DANS LEURS CONCLUSIONS DEMEUREES SANS REPONSE, RYCKEBOSCH ET LES EPOUX Y... INVOQUAIENT L'INEFFICACITE TANT DE LA DEMANDE QUE DU REFUS DE RENOUVELLEMENT, S'AGISSANT D'UN BAIL POUR LEQUEL LE PRINCIPE DU RENOUVELLEMENT AVAIT ETE ACCEPTE, SI BIEN QUE L'EVENTUALITE MEME D'UN DROIT A INDEMNITE D'EVICTION SE TROUVAIT EXCLUE ;

MAIS ATTENDU QUE NI LES EPOUX Y... NI RYCKEBOSCH N'ONT INVOQUE, DANS LEURS CONCLUSIONS RESPECTIVES, L'INEFFICACITE DE LA DEMANDE DE RENOUVELLEMENT ET DU REFUS DE CE RENOUVELLEMENT, NI SOUTENU QUE L'EVENTUALITE MEME D'UN DROIT A INDEMNITE D'EVICTION SE TROUVAIT EXCLUE ;

QUE LE MOYEN MANQUE EN FAIT ;

PAR CES MOTIFS : REJETTE LE POURVOI FORME CONTRE L'ARRET RENDU LE 10 FEVRIER 1967 PAR LA COUR D'APPEL DE DOUAI. N° 67-12366 RYCKEBOSCH ET AUTRES C/ EPOUX DIEU PRESIDENT : M DE MONTERA - RAPPORTEUR : M E GUILLOT - AVOCAT GENERAL : M PAUCOT - AVOCAT : M CHAREYRE


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Civile

Analyses

BAIL COMMERCIAL (DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953) VENTE DE LA CHOSE LOUEE RENOUVELLEMENT REFUS REFUS ANTERIEUR A LA VENTE OBLIGATIONS DU VENDEUR.

LA VENTE D'UN IMMEUBLE ET LA NOTIFICATION DE CELLE-CI AU LOCATAIRE COMMERCANT NE DECHARGENT PAS L'ANCIEN PROPRIETAIRE DE SON OBLIGATION DE PAYER L'INDEMNITE D'EVICTION QUI PEUT ETRE DUE AUDIT LOCATAIRE AUQUEL IL AVAIT REFUSE, AVANT LA VENTE, LE RENOUVELLEMENT DE SON BAIL.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Civ. 3e, 25 avril 1968, pourvoi n°JURITEXT000006977249, Bull. civ.N 170
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N 170
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre civile 3
Date de la décision : 25/04/1968
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006977249
Numéro NOR : JURITEXT000006977249 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1968-04-25;juritext000006977249 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.