La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

25/01/1968 | FRANCE | N°JURITEXT000006977945

§ | France, Cour de cassation, Chambre sociale, 25 janvier 1968, JURITEXT000006977945


SUR LE MOYEN UNIQUE : VU L'ARTICLE 31E DU LIVRE 1ER DU CODE DU TRAVAIL ;

ATTENDU QU'AUX TERMES DE CE TEXTE, SONT SOUMISES AUX OBLIGATIONS DE LA CONVENTION COLLECTIVE TOUTES PERSONNES QUI L'ONT SIGNES PERSONNELLEMENT OU QUI SONT MEMBRES DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES ;

QUE LA CONVENTION LIE EGALEMENT LES ORGANISATIONS QUI LUI DONNENT LEUR ADHESION AINSI QUE TOUS CEUX QUI, A UN MOMENT QUELCONQUE, DEVIENNENT MEMBRES DE CES ORGANISATIONS, LORSQUE L'EMPLOYEUR EST LIE PAR LES CLAUSES DE LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL;

CES CLAUSES S'APPLIQUENT AUX CONTRATS DE TRAVAIL CONCLUS

AVEC LUI ;

ATTENDU QUE MENNOUR, GARDIEN DE NUIT A LA SOCIETE " G...

SUR LE MOYEN UNIQUE : VU L'ARTICLE 31E DU LIVRE 1ER DU CODE DU TRAVAIL ;

ATTENDU QU'AUX TERMES DE CE TEXTE, SONT SOUMISES AUX OBLIGATIONS DE LA CONVENTION COLLECTIVE TOUTES PERSONNES QUI L'ONT SIGNES PERSONNELLEMENT OU QUI SONT MEMBRES DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES ;

QUE LA CONVENTION LIE EGALEMENT LES ORGANISATIONS QUI LUI DONNENT LEUR ADHESION AINSI QUE TOUS CEUX QUI, A UN MOMENT QUELCONQUE, DEVIENNENT MEMBRES DE CES ORGANISATIONS, LORSQUE L'EMPLOYEUR EST LIE PAR LES CLAUSES DE LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL;

CES CLAUSES S'APPLIQUENT AUX CONTRATS DE TRAVAIL CONCLUS AVEC LUI ;

ATTENDU QUE MENNOUR, GARDIEN DE NUIT A LA SOCIETE " GARAGE BRUNEL " AYANT RECLAME A CELLE-CI LE PAYEMENT D'UN RAPPEL DE SALAIRE PORTANT SUR DES HEURES SUPPLEMENTAIRES, ET L'EMPLOYEUR S'ETANT PREVALU DU PROTOCOLE D'ACCORD COLLECTIF INTERVENU LE 27 SEPTEMBRE 1951 ENTRE SON ORGANISATION PATRONALE ET LES SYNDICATS OUVRIERS CFTC ET FO, L'ARRET ATTAQUE A FAIT DROIT A LA DEMANDE ET REJETE LES PRETENTIONS DE L'EMPLOYEUR, AU SEUL MOTIF QUE L'ACCORD COLLECTIF DU 27 SEPTEMBRE 1951 N'ETAIT PAS OPPOSABLE A MENNOUR QUI N'APPARTENAIT A AUCUN DES SYNDICATS OUVRIERS SIGNATAIRES ET QU'IL N'ETAIT PAS JUSTIFIE QU'IL Y EUT ADHERE PERSONNELLEMENT ;

QU'EN STATUANT AINSI, ALORS QUE LES CLAUSES DE L'ACCORD COLLECTIF DU 27 SEPTEMBRE 1951, DONT LA VALIDITE N'AVAIT PAS ETE CONTESTEE, DEVAIENT S'APPLIQUER A TOUS LES SALARIES D'UN EMPLOYEUR LIE PAR CELLES-CI, LA COUR D'APPEL A VIOLE LE TEXTE SUSVISE ;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE L'ARRET RENDU ENTRE LES PARTIES PAR LA COUR D'APPEL DE PARIS LE 18 DECEMBRE 1964 ;

REMET EN CONSEQUENCE LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE ETAT OU ELLES ETAIENT AVANT LEDIT ARRET ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES RENVOIE DEVANT LA COUR D'APPEL D'ORLEANS. N° 65 40 176 SOCIETE " GARAGE BRUNEL " C / MENNOUR. PRESIDENT : M VIGNERON - RAPPORTEUR : M HERTZOG - AVOCAT GENERAL : M MELLOTTEE -AVOCATS : MM X... ET COUTARD.


Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Sociale

Analyses

CONVENTION COLLECTIVE APPLICATION CONDITIONS ADHESION DE L'EMPLOYEUR PORTEE.

TRANSGRESSE L'ARTICLE 31E DU LIVRE 1ER DU CODE DU TRAVAIL LA DECISION QUI DECLARE UNE CONVENTION COLLECTIVE NON APPLICABLE A UN OUVRIER, FAUTE PAR CE DERNIER D'APPARTENIR A L'UN DES SYNDICATS OUVRIERS SIGNATAIRES OU D'AVOIR ADHERE PERSONNELLEMENT A LADITE CONVENTION, ALORS QU'EN VERTU DU TEXTE SUSVISE, L'EMPLOYEUR ETANT LIE PAR LA CONVENTION, CELLE-CI DEVAIT S'APPLIQUER A TOUS SES SALARIES.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Soc., 25 janvier 1968, pourvoi n°JURITEXT000006977945, Bull. civ.N 60
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N 60
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre sociale
Date de la décision : 25/01/1968
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006977945
Numéro NOR : JURITEXT000006977945 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1968-01-25;juritext000006977945 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.