La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

24/01/1968 | FRANCE | N°67-91724

§ | France, Cour de cassation, Chambre criminelle, 24 janvier 1968, 67-91724


REJET DU POURVOI DE X... (ALAIN), CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'APPEL D'AIX-EN-PROVENCE EN DATE DU 11 MAI 1967 QUI L'A CONDAMNE, DU CHEF DE DETOURNEMENT D'OBJET DONNE EN GAGE A DEUX MOIS D'EMPRISONNEMENT, 500 FRANCS D'AMENDE ET A DES REPARATIONS CIVILES LA COUR, VU LES MEMOIRES PRODUITS EN DEMANDE ET EN DEFENSE;

SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 400 ET 463 DU CODE PENAL ET 593 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, POUR DEFAUT ET CONTRADICTION DE MOTIFS ET MANQUE DE BASE LEGALE, " EN CE QUE L'ARRET CONFIRMATIF ATTAQUE A CONDAMNE LE DEMANDEUR A DEUX MOIS DE PRISON E

T A 500 FRANCS D'AMENDE POUR AVOIR DETOURNE OU DISSIP...

REJET DU POURVOI DE X... (ALAIN), CONTRE UN ARRET DE LA COUR D'APPEL D'AIX-EN-PROVENCE EN DATE DU 11 MAI 1967 QUI L'A CONDAMNE, DU CHEF DE DETOURNEMENT D'OBJET DONNE EN GAGE A DEUX MOIS D'EMPRISONNEMENT, 500 FRANCS D'AMENDE ET A DES REPARATIONS CIVILES LA COUR, VU LES MEMOIRES PRODUITS EN DEMANDE ET EN DEFENSE;

SUR LE MOYEN UNIQUE DE CASSATION PRIS DE LA VIOLATION DES ARTICLES 400 ET 463 DU CODE PENAL ET 593 DU CODE DE PROCEDURE PENALE, POUR DEFAUT ET CONTRADICTION DE MOTIFS ET MANQUE DE BASE LEGALE, " EN CE QUE L'ARRET CONFIRMATIF ATTAQUE A CONDAMNE LE DEMANDEUR A DEUX MOIS DE PRISON ET A 500 FRANCS D'AMENDE POUR AVOIR DETOURNE OU DISSIPE VOLONTAIREMENT LE VEHICULE GAGE;

AU MOTIF QUE CE VEHICULE N'AURAIT PAS ETE REPRESENTE EN DEPIT DE LA SOMMATION DU 19 JUIN 1966, QUE, S'IL ETAIT TOMBE EN PANNE, LE DEMANDEUR AURAIT DU LE CONSERVER ET NON PAS LE DEPLACER A L'INSU DU CREANCIER, QU'EN CHANGEANT D'ADRESSE LE DEMANDEUR AURAIT MIS LA COFICA DANS L'IMPOSSIBILITE DE LE RETROUVER UTILEMENT ET QU'IL IMPORTERAIT PEU QUE LA CARTE GRISE AIT ETE REMISE A L'HUISSIER, CE DOCUMENT NE REPRESENTANT PAS LE VEHICULE LUI-MEME;

"ALORS QUE LE DEMANDEUR N'AVAIT PAS REFUSE DE REPRESENTER MATERIELLEMENT LE VEHICULE GAGE MAIS QU'IL AVAIT ETE DANS L'IMPOSSIBILITE DE LE FAIRE EN RAISON DE SON ETAT, QUE PEU IMPORTAIT SON CHANGEMENT D'ADRESSE PUISQUE L'HUISSIER S'ETAIT UTILEMENT ADRESSE A SON NOUVEAU DOMICILE LE 23 JUILLET 1966, QUE LA REMISE DE LA CARTE GRISE A L'HUISSIER PROUVAIT QUE LE VEHICULE ETAIT TOUJOURS EN POSSESSION DU DEMANDEUR ET N'AVAIT ETE NI DETOURNE, NI DETRUIT COMME L'EXIGE L'ARTICLE 400 SUSVISE DU CODE PENAL ET QU'AINSI LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DU DELIT PREVU PAR CET ARTICLE NE SE TROUVAIENT PAS REUNIS";

ATTENDU QU'IL EST CONSTATE EN FAIT, PAR L'ARRET ATTAQUE ET PAR LE JUGEMENT DONT IL A ADOPTE LES MOTIFS QUE LA SOCIETE COFICA A PRETE AU SIEUR X..., POUR LUI PERMETTRE D'ACQUERIR UNE AUTOMOBILE LA SOMME DE 2100 FRANCS, REMBOURSABLE EN 18 TRAITES MENSUELLES DE 138,10 FRANCS;

QUE LA SOCIETE COFICA A REGULIEREMENT INSCRIT SON GAGE A LA PREFECTURE DES BOUCHES-DU-RHONE;

ATTENDU QUE L'ARRET ENONCE QUE X... A CESSE DE PAYER LES TRAITES, A CHANGE DE DOMICILE SANS EN AVISER SON CREANCIER ET QUE, MALGRE UNE MISE EN DEMEURE, IL N'A PAS REPRESENTE LA VOITURE GAGEE;

QU'IL A DECLARE L'AVOIR ABANDONNEE SUR LA VOIE PUBLIQUE OU DES INCONNUS AURAIENT, PAR LA SUITE, VOLE SON MOTEUR ET SES ROUES;

QUE L'ARRET CONSTATE QUE LA REMISE PAR LA CONCUBINE DE X... A L'HUISSIER INSTRUMENTEUR DE LA CARTE GRISE DU VEHICULE NE CONSTITUE PAS LA REPRESENTATION DE CE DERNIER;

ATTENDU QUE PAR CES CONSTATATIONS SOUVERAINES QUI RELEVENT L'ENSEMBLE DES ELEMENTS CONSTITUTIFS DU DELIT PREVU ET REPRIME PAR L'ARTICLE 400, ALINEA 5, DU CODE PENAL, LA COUR D'APPEL A JUSTIFIE SA DECISION;

QU'EN EFFET, EN CAS DE GAGE SANS DEPOSSESSION, L'ABANDON DE L'OBJET DONNE EN GAGE CONSTITUE UN ACTE DE DISPOSITION QUI CARACTERISE LE DETOURNEMENT AU SENS DE LA LOI;

D'OU IL SUIT QUE LE MOYEN NE SAURAIT ETRE ACCUEILLI;

ET ATTENDU QUE L'ARRET EST REGULIER EN LA FORME;

REJETTE LE POURVOI PRESIDENT : M COMTE RAPPORTEUR : M GAGNE AVOCAT GENERAL : M BOUCHERON AVOCATS : MM JOUSSELIN ET LABBE


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Criminelle

Analyses

DETOURNEMENT D'OBJETS REMIS EN GAGE - Objet resté en possession du débiteur - Automobile - Abandon du véhicule gagé.

AUTOMOBILE - Gage - Détournement - Automobile abandonnée.

En cas de gage sans dépossession, l'abandon de l'objet donné en gage constitue un acte de disposition qui caractérise le détournement au sens de la loi.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Crim., 24 janvier 1968, pourvoi n°67-91724, Bull. crim. N. 24
Publié au bulletin des arrêts de la chambre criminelle N. 24
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre criminelle
Date de la décision : 24/01/1968
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 67-91724
Numéro NOR : JURITEXT000007054823 ?
Numéro d'affaire : 67-91724
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1968-01-24;67.91724 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.