La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

30/11/1967 | FRANCE | N°JURITEXT000006975940

France | France, Cour de cassation, Chambre civile 2, 30 novembre 1967, JURITEXT000006975940


SUR LE MOYEN UNIQUE : VU L'ARTICLE 462 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE ;

ATTENDU QUE LA SIGNIFICATION DE DEUX AVENIRS A INTERVALLE DE QUINZE JOURS FRANCS A L'AVOUE DE LA PARTIE ADVERSE QUI N'A PAS CONCLU EST PRESCRIT A PEINE DE NULLITE DE LA PART DE CELUI QUI VEUT REQUERIR UN ARRET DE DEFAUT REPUTE CONTRADICTOIRE ;

OR ATTENDU QU'IL RESULTE DES MOTIFS DE L'ARRET ATTAQUE REPUTE CONTRADICTOIRE QUE DAME PETIGNY X... N'A PAS CONCLU ET QUE SI DEUX AVENIRS ONT ETE SIGNIFIES A SON AVOUE LES 24 NOVEMBRE ET 9 DECEMBRE 1964, ILS NE L'ONT PAS ETE A INTERVALLE DE QUINZE JOURS FRANCS ;

QU'I

L SUIT DE LA QUE LES PRESCRIPTIONS IMPERATIVES DU TEXTE SUSVISE N...

SUR LE MOYEN UNIQUE : VU L'ARTICLE 462 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE ;

ATTENDU QUE LA SIGNIFICATION DE DEUX AVENIRS A INTERVALLE DE QUINZE JOURS FRANCS A L'AVOUE DE LA PARTIE ADVERSE QUI N'A PAS CONCLU EST PRESCRIT A PEINE DE NULLITE DE LA PART DE CELUI QUI VEUT REQUERIR UN ARRET DE DEFAUT REPUTE CONTRADICTOIRE ;

OR ATTENDU QU'IL RESULTE DES MOTIFS DE L'ARRET ATTAQUE REPUTE CONTRADICTOIRE QUE DAME PETIGNY X... N'A PAS CONCLU ET QUE SI DEUX AVENIRS ONT ETE SIGNIFIES A SON AVOUE LES 24 NOVEMBRE ET 9 DECEMBRE 1964, ILS NE L'ONT PAS ETE A INTERVALLE DE QUINZE JOURS FRANCS ;

QU'IL SUIT DE LA QUE LES PRESCRIPTIONS IMPERATIVES DU TEXTE SUSVISE N'ONT PAS ETE OBSERVEES ;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE L'ARRET RENDU ENTRE LES PARTIES PAR LA COUR D'APPEL DE PARIS LE 28 JANVIER 1966 ;

REMET EN CONSEQUENCE LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE ETAT OU ELLES ETAIENT AVANT LEDIT ARRET ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES RENVOIE DEVANT LA COUR D'APPEL D'ORLEANS. N° 66-11 968. DAME Y... C/ ROUX. PRESIDENT : M DROUILLAT - RAPPORTEUR : M CALBAIRAC - AVOCAT GENERAL : M SCHMELCK - AVOCATS : MM CALON ET JOUSSELIN.


Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Civile

Analyses

JUGEMENTS ET ARRETS PAR DEFAUT - DECISION REPUTEE CONTRADICTOIRE - CONDITIONS - SIGNIFICATION DE DEUX AVENIRS - INTERVALLE DE QUINZE JOURS FRANCS ENTRE LES DEUX - NECESSITE.

UN ARRET PAR DEFAUT NE PEUT ETRE DECLARE REPUTE CONTRADICTOIRE - SI LES DEUX AVENIRS DELIVRES A L'AVOUE DE L'APPELANT QUI N'A PAS CONCLU - ONT ETE SIGNIFIES A UN INTERVALLE INFERIEUR A QUINZE JOURS FRANCS : LE PREMIER AYANT ETE SIGNIFIE LE 24 NOVEMBRE ET LE SECOND LE 9 DECEMBRE.

LA SIGNIFICATION DE DEUX AVENIRS A INTERVALLE DE QUINZE JOURS FRANCS A L'AVOUE DE LA PARTIE ADVERSE QUI N'A PAS CONCLU EST PRESCRITE A PEINE DE NULLITE DE LA PART DE CELUI QUI VEUT REQUERIR UN ARRET DE DEFAUT REPUTE CONTRADICTOIRE.


Références :

Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Civ. 2e, 30 nov. 1967, pourvoi n°JURITEXT000006975940, Bull. civ.N 356
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N 356
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre civile 2
Date de la décision : 30/11/1967
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006975940
Numéro NOR : JURITEXT000006975940 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1967-11-30;juritext000006975940 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.