La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

08/12/1966 | FRANCE | N°JURITEXT000006975211

France | France, Cour de cassation, Chambre civile 2, 08 décembre 1966, JURITEXT000006975211


SUR LE MOYEN UNIQUE : ATTENDU QU'IL RESULTE DE L'ARRET CONFIRMATIF ATTAQUE QUE POUR EVITER UN CYCLISTE TOMBE SUR LA ROUTE DEVANT LE CAMION DE CAUVIN, CONDUIT PAR TRASTOUR, CELUI-CI DONNA UN COUP DE VOLANT A GAUCHE QUI ENTRAINA LA COLLISION DU VEHICULE AVEC CELUI DES ETABLISSEMENTS BARTHELEMY QUI ARRIVAIT EN SENS INVERSE;

QUE CEUX-CI ONT DEMANDE A CAUVIN ET A SA COMPAGNIE D'ASSURANCES, LA CAISSE INDUSTRIELLE D'ASSURANCES MUTUELLES, LA REPARATION DU PREJUDICE PAR EUX SUBI;

ATTENDU QUE LE POURVOI REPROCHE A LA DECISION D'AVOIR REJETE CETTE DEMANDE EN RAISON DE LA FAUTE COMMISE PAR L

E CYCLISTE, SANS RECHERCHER EN QUOI LE COMPORTEMENT DE CELU...

SUR LE MOYEN UNIQUE : ATTENDU QU'IL RESULTE DE L'ARRET CONFIRMATIF ATTAQUE QUE POUR EVITER UN CYCLISTE TOMBE SUR LA ROUTE DEVANT LE CAMION DE CAUVIN, CONDUIT PAR TRASTOUR, CELUI-CI DONNA UN COUP DE VOLANT A GAUCHE QUI ENTRAINA LA COLLISION DU VEHICULE AVEC CELUI DES ETABLISSEMENTS BARTHELEMY QUI ARRIVAIT EN SENS INVERSE;

QUE CEUX-CI ONT DEMANDE A CAUVIN ET A SA COMPAGNIE D'ASSURANCES, LA CAISSE INDUSTRIELLE D'ASSURANCES MUTUELLES, LA REPARATION DU PREJUDICE PAR EUX SUBI;

ATTENDU QUE LE POURVOI REPROCHE A LA DECISION D'AVOIR REJETE CETTE DEMANDE EN RAISON DE LA FAUTE COMMISE PAR LE CYCLISTE, SANS RECHERCHER EN QUOI LE COMPORTEMENT DE CELUI-CI AVAIT REVETU UN CARACTERE DE FORCE MAJEURE, ALORS QU'EN RAISON DES MOUVEMENTS DESORDONNES DE CE TIERS, CONSTATES PAR L'ARRET, SA CHUTE N'AVAIT PAS ETE IMPREVISIBLE ET L'ACCIDENT INEVITABLE;

MAIS ATTENDU QUE L'ARRET ENONCE, PAR MOTIFS PROPRES ET ADOPTES, QU'IL ETAIT ETABLI QUE LE CYCLISTE CIRCULAIT PARFAITEMENT A SA DROITE, QUE, POUR UNE CAUSE RESTEE INCONNUE , IL AVAIT ZIGZAGUE ET ETAIT TOMBE A SEPT OU HUIT METRES DU CAMION ET QUE SA CHUTE, SI ELLE AVAIT SUIVI QUELQUES MOUVEMENTS DESORDONNES AVAIT ETE CEPENDANT SI SOUDAINE QUE LE CHAUFFEUR DU CAMION, DONT LA VITESSE ETAIT RAISONNABLE, NE POUVAIT AGIR AUTREMENT QU'IL N'A FAIT;

QUE, PAR DE TELS MOTIFS QUI IMPLIQUENT QUE LA CHUTE DU CYCLISTE A ETE IMPREVISIBLE ET QUE L'ACCIDENT A ETE INEVITABLE, LA COUR D'APPEL, QUI A REPONDU AUX CONCLUSIONS, A PU DEDUIRE QUE CAUVIN S'ETAIT EXONERE DE LA PRESOMPTION DE RESPONSABILITE QUI PESAIT SUR LUI EN QUALITE DE GARDIEN;

D'OU IL SUIT QUE LE MOYEN N' EST PAS FONDE;

PAR CES MOTIFS : REJETTE LE POURVOI FORME CONTRE L'ARRET RENDU LE 27 AVRIL 1965 PAR LA COUR D'APPEL D'AIX-EN-PROVENCE. N° 65-12 970 ETABLISSEMENTS BARTHELEMY ET CROCE C/ CAISSE INDUSTRIELLE D'ASSURANCE MUTUELLE ET AUTRE. PRESIDENT : M DROUILLAT - RAPPORTEUR : M TRUFFIER - AVOCAT GENERAL : M AMOR - AVOCATS : MM ROQUES ET LE PRADO.


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Civile

Analyses

RESPONSABILITE CIVILE - CHOSES INANIMEES - ARTICLE 1384 DU CODE CIVIL - RESPONSABILITE DE PLEIN DROIT - EXONERATION - CARACTERE IMPREVISIBLE ET INEVITABLE - DEFINITION - FAIT SOUDAIN.

BIEN QU'UN CYCLISTE AIT ZIGZAGUE PENDANT QUELQUES METRES AVANT DE TOMBER, SA CHUTE PEUT ETRE CONSIDEREE COMME UN FAIT IMPREVISIBLE POUR LE CAMIONNEUR QUI LE SUIVAIT ET COMME AYANT RENDU INEVITABLE, A LA SUITE D'UN BRUSQUE COUP DE VOLANT A GAUCHE, LE HEURT PAR CE CAMION D'UNE VOITURE VENANT EN SENS INVERSE, DES LORS QU'EN RAISON DE LA SOUDAINETE DE CETTE CHUTE, LE CAMIONNEUR NE POUVAIT AGIR AUTREMENT QU'IL L'A FAIT.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Civ. 2e, 08 décembre 1966, pourvoi n°JURITEXT000006975211, Bull. civ.N. 955
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N. 955
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre civile 2
Date de la décision : 08/12/1966
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006975211
Numéro NOR : JURITEXT000006975211 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1966-12-08;juritext000006975211 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.