La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

19/10/1966 | FRANCE | N°JURITEXT000006973532

France | France, Cour de cassation, Chambre civile 1, 19 octobre 1966, JURITEXT000006973532


SUR LA SECONDE BRANCHE DU MOYEN UNIQUE : VU LES ARTICLES 941 DU CODE CIVIL ET 30-2 DU DECRET DU 4 JANVIER 1955;

ATTENDU QU'AUX TERMES DE CES DISPOSITIONS, LE DEFAUT DE PUBLICATION D'UNE DONATION POURRA ETRE OPPOSE PAR TOUTES PERSONNES AYANT INTERET, EXCEPTE TOUTEFOIS CELLES QUI SONT CHARGEES DE FAIRE FAIRE LA PUBLICATION, OU LEURS AYANTS CAUSE, ET LE DONATEUR;

ATTENDU QU'EN PRONONCANT, A LA DEMANDE D'AUSSARESSES FILS, LE DONATAIRE, L'EXPULSION DE PALLARUELLO, TITULAIRE D'UN BAIL CONSENTI PAR LE DONATEUR LE 12 JANVIER 1961, POSTERIEUREMENT A L'ACTE DE DONATION-PARTAGE NON PUBLIE D

U 4 JUIN 1960, AU MOTIF QUE LA TRANSCRIPTION DES DONATIONS ...

SUR LA SECONDE BRANCHE DU MOYEN UNIQUE : VU LES ARTICLES 941 DU CODE CIVIL ET 30-2 DU DECRET DU 4 JANVIER 1955;

ATTENDU QU'AUX TERMES DE CES DISPOSITIONS, LE DEFAUT DE PUBLICATION D'UNE DONATION POURRA ETRE OPPOSE PAR TOUTES PERSONNES AYANT INTERET, EXCEPTE TOUTEFOIS CELLES QUI SONT CHARGEES DE FAIRE FAIRE LA PUBLICATION, OU LEURS AYANTS CAUSE, ET LE DONATEUR;

ATTENDU QU'EN PRONONCANT, A LA DEMANDE D'AUSSARESSES FILS, LE DONATAIRE, L'EXPULSION DE PALLARUELLO, TITULAIRE D'UN BAIL CONSENTI PAR LE DONATEUR LE 12 JANVIER 1961, POSTERIEUREMENT A L'ACTE DE DONATION-PARTAGE NON PUBLIE DU 4 JUIN 1960, AU MOTIF QUE LA TRANSCRIPTION DES DONATIONS N'EST NECESSAIRE QU'A L'EGARD DES TIERS AYANT DES DROITS REELS SUR L'IMMEUBLE DONNE, LA COUR D'APPEL A VIOLE LE TEXTE SUSVISE;

PAR CES MOTIFS, ET SANS QU'IL Y AIT LIEU DE STATUER SUR LA PREMIERE BRANCHE DU MOYEN : CASSE ET ANNULE L'ARRET RENDU ENTRE LES PARTIES PAR LA COUR D'APPEL DE MONTPELLIER LE 3 FEVRIER 1964;

REMET, EN CONSEQUENCE, LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE ETAT OU ELLES ETAIENT AVANT LEDIT ARRET ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES RENVOIE DEVANT LA COUR D'APPEL DE NIMES


Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Civile

Analyses

DONATION - DONATION IMMOBILIERE - PUBLICITE FONCIERE - DEFAUT - PERSONNES POUVANT L'OPPOSER - TITULAIRE D'UN BAIL CONSENTI PAR LE DONATEUR POSTERIEUREMENT A LA DONATION.

AUX TERMES DES ARTICLES 941 DU CODE CIVIL ET 30-2 DU DECRET DU 4 JANVIER 1955, LE DEFAUT DE PUBLICATION D'UNE DONATION POURRA ETRE OPPOSE PAR TOUTES PERSONNES AYANT INTERET, EXCEPTE TOUTEFOIS CELLES QUI SONT CHARGEES DE FAIRE FAIRE LA PUBLICATION, OU LEURS AYANTS CAUSE, ET LE DONATEUR. IL PEUT, AINSI, ETRE INVOQUE PAR LE TITULAIRE D'UN BAIL CONSENTI PAR LE DONATEUR POSTERIEUREMENT A LA DONATION.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Civ. 1re, 19 octobre 1966, pourvoi n°JURITEXT000006973532, Bull. civ.N. 477
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N. 477
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre civile 1
Date de la décision : 19/10/1966
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006973532
Numéro NOR : JURITEXT000006973532 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1966-10-19;juritext000006973532 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.