La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

14/06/1966 | FRANCE | N°JURITEXT000006972511

§ | France, Cour de cassation, Chambre commerciale, 14 juin 1966, JURITEXT000006972511


SUR LE MOYEN UNIQUE : VU L'ARTICLE 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810;

ATTENDU QUE POUR ACCUEILLIR LA DEMANDE EN PAYEMENT D'UNE INDEMNITE D'EVICTION FORMEE PAR LES EPOUX Y..., X... DE LOCAUX A USAGE DE RESTAURANT SIS ... A NANTES, LES JUGES D'APPEL SE SONT FONDES SUR LE RAPPORT D'EXPERTISE DEPOSE LE 28 SEPTEMBRE 1961 ET ONT ENONCE NOTAMMENT " QUE LE CHIFFRE DE 27500 NF N'EST NULLEMENT EXAGERE ";

ATTENDU QUE DANS SES CONCLUSIONS D'APPEL, LE 9 NOVEMBRE 1962, ALLAIRE AVAIT DEPOSE, EN PRODUISANT DES LETTRES DE LA VILLE DE NANTES ET DES TRANSPORTEURS, QUE LA GARE ROUTIERE, FOURNISSANT PAR S

A PROXIMITE LA CLIENTELE DU RESTAURANT, ETAIT DEPLACEE ET Q...

SUR LE MOYEN UNIQUE : VU L'ARTICLE 7 DE LA LOI DU 20 AVRIL 1810;

ATTENDU QUE POUR ACCUEILLIR LA DEMANDE EN PAYEMENT D'UNE INDEMNITE D'EVICTION FORMEE PAR LES EPOUX Y..., X... DE LOCAUX A USAGE DE RESTAURANT SIS ... A NANTES, LES JUGES D'APPEL SE SONT FONDES SUR LE RAPPORT D'EXPERTISE DEPOSE LE 28 SEPTEMBRE 1961 ET ONT ENONCE NOTAMMENT " QUE LE CHIFFRE DE 27500 NF N'EST NULLEMENT EXAGERE ";

ATTENDU QUE DANS SES CONCLUSIONS D'APPEL, LE 9 NOVEMBRE 1962, ALLAIRE AVAIT DEPOSE, EN PRODUISANT DES LETTRES DE LA VILLE DE NANTES ET DES TRANSPORTEURS, QUE LA GARE ROUTIERE, FOURNISSANT PAR SA PROXIMITE LA CLIENTELE DU RESTAURANT, ETAIT DEPLACEE ET QUE CETTE CIRCONSTANCE, POSTERIEURE AU DEPOT DU RAPPORT D'EXPERTISE, ETABLISSAIT QUE LE PREJUDICE DES EPOUX Y... ETAIT MOINDRE, DU FAIT DE LA PERTE DE COMMERCIALITE DE L'ALLEE TURENNE AU MOMENT DE LEUR DEPART;

ATTENDU QU'EN NE REPONDANT EN AUCUNE MANIERE AU CONTENU DE CES CONCLUSIONS LA COUR D'APPEL N'A PAS SATISFAIT AUX PRESCRIPTIONS DU TEXTE SUSVISE;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE L'ARRET RENDU ENTRE LES PARTIES PAR LA COUR D'APPEL DE RENNES LE 16 NOVEMBRE 1962;

REMET EN CONSEQUENCE LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE ETAT OU ELLES ETAIENT AVANT LEDIT ARRET ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES RENVOIE DEVANT LA COUR D'APPEL DE CAEN


Sens de l'arrêt : Cassation
Type d'affaire : Commerciale

Analyses

BAIL COMMERCIAL (DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953) - INDEMNITE D'EVICTION - MONTANT - EXPERTISE - APPEL - DEMANDE DU LOCATAIRE DE TENIR COMPTE D'ELEMENTS POSTERIEURS A L'EXPERTISE - CONCLUSIONS - ABSENCE DE REPONSE.

DOIT ETRE CASSE L'ARRET QUI FIXE LE MONTANT D'UNE INDEMNITE D'EVICTION EN SE FONDANT SUR LE RAPPORT D'EXPERTISE SANS REPONDRE AUX CONCLUSIONS DU LOCATAIRE FAISANT VALOIR UNE CIRCONSTANCE POSTERIEURE AU DEPOT DUDIT RAPPORT.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Com., 14 juin 1966, pourvoi n°JURITEXT000006972511, Bull. civ.N. 300
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N. 300
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre commerciale
Date de la décision : 14/06/1966
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006972511
Numéro NOR : JURITEXT000006972511 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1966-06-14;juritext000006972511 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.