La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

05/11/1965 | FRANCE | N°JURITEXT000006970596

§ | France, Cour de cassation, Chambre civile 2, 05 novembre 1965, JURITEXT000006970596


SUR LE PREMIER MOYEN : ATTENDU QU'IL RESULTE DES ENONCIATIONS DE L'ARRET INFIRMATIF ATTAQUE, QUE, DE JOUR, SUR LA ROUTE NATIONALE DE NICE A MONACO, LARGE DE 9,85 METRES, ET ALORS QUE LA VISIBILITE ETAIT DE 180 METRES DANS UN SENS ET DE 110 METRES DANS L'AUTRE, UNE COLLISION S'EST PRODUITE ENTRE L'AUTOMOBILE CONDUITE PAR DAME Y..., QUI VENAIT D'EFFECTUER UN DEPASSEMENT, ET LA MOTOCYCLETTE PILOTEE PAR BERTOLINO, QUI CIRCULAIT EN SENS INVERSE ;

QUE CE DERNIER FUT BLESSE ET A DEMANDE REPARATION DU PREJUDICE PAR LUI SUBI SUR LE FONDEMENT DE L'ARTICLE 1384, ALINEA 1 DU CODE CIVIL, LA CAISSE P

RIMAIRE DE SECURITE SOCIALE DES ALPES-MARITIMES AYANT...

SUR LE PREMIER MOYEN : ATTENDU QU'IL RESULTE DES ENONCIATIONS DE L'ARRET INFIRMATIF ATTAQUE, QUE, DE JOUR, SUR LA ROUTE NATIONALE DE NICE A MONACO, LARGE DE 9,85 METRES, ET ALORS QUE LA VISIBILITE ETAIT DE 180 METRES DANS UN SENS ET DE 110 METRES DANS L'AUTRE, UNE COLLISION S'EST PRODUITE ENTRE L'AUTOMOBILE CONDUITE PAR DAME Y..., QUI VENAIT D'EFFECTUER UN DEPASSEMENT, ET LA MOTOCYCLETTE PILOTEE PAR BERTOLINO, QUI CIRCULAIT EN SENS INVERSE ;

QUE CE DERNIER FUT BLESSE ET A DEMANDE REPARATION DU PREJUDICE PAR LUI SUBI SUR LE FONDEMENT DE L'ARTICLE 1384, ALINEA 1 DU CODE CIVIL, LA CAISSE PRIMAIRE DE SECURITE SOCIALE DES ALPES-MARITIMES AYANT ETE MIS EN CAUSE ;

ATTENDU QU'IL EST FAIT GRIEF A L'ARRET D'AVOIR REFUSE D'ADMETTRE QUE DAME Y... AIT COMMIS UNE FAUTE EN DENATURANT LE PROCES-VERBAL DE GENDARMERIE POUR FIXER LE POINT DE CHOC ;

MAIS ATTENDU QUE DANS LE DERNIER ETAT DE LA PROCEDURE DEVANT LA COUR D'APPEL, BERTOLINO AVAIT FONDE SA DEMANDE SUR L'ARTICLE 1384, ALINEA 1 DU CODE CIVIL ;

QUE LE MOYEN BASE SUR LA FAUTE DE L'AUTOMOBILISTE EST NOUVEAU ET, ETANT MELANGE DE FAIT ET DE DROIT, EST, COMME TEL, IRRECEVABLE DEVANT LA COUR DE CASSATION ;

SUR LE SECOND MOYEN : ATTENDU QU'IL EST FAIT GRIEF A L'ARRET ATTAQUE, D'AVOIR EXONERE DAME Y... DE LA RESPONSABILITE RESULTANT DE L'ARTICLE 1384, ALINEA 1 DU CODE CIVIL, ALORS QU'EN SUPPOSANT ETABLIE LA FAUTE DE BERTOLINO, CELLE-CI N'ETAIT NULLEMENT IMPREVISIBLE POUR LA CONDUCTRICE DE L'AUTOMOBILE, QUI PRENAIT LE RISQUE DE DEPASSER L'AXE MEDIAN DE LA ROUTE ET DISPOSAIT D'UNE BONNE VISIBILITE ;

MAIS ATTENDU QUE L'ARRET CONSTATE QUE L'AUTOMOBILISTE CIRCULAIT SUR UNE VOIE LARGE DE 10 METRES, SANS LIGNE MEDIANE ;

QU'IL NE SAURAIT LUI ETRE REPROCHE D'AVOIR DEPASSE UN VEHICULE QUI CIRCULAIT LENTEMENT DES LORS QU'ELLE LAISSAIT A SA GAUCHE UN ESPACE LIBRE SUFFISANT POUR PERMETTRE LE CROISEMENT D'UNE AUTRE VOITURE ET, SPECIALEMENT, D'UNE MOTOCYCLETTE ;

QU'AU CONTRAIRE BERTOLINO, QUI CONDUISAIT A VIVE ALLURE, N'A PAS SERRE SUR SA DROITE ET EST VENU SE JETER SUR L'AUTOMOBILE DE DAME Y... ;

QU'EN STATUANT, PAR DE TELS MOTIFS, LA COUR D'APPEL, LOIN D'AVOIR VIOLE LE TEXTE VISE AU MOYEN, EN A FAIT UNE EXACTE APPLICATION ;

PAR CES MOTIFS : REJETTE LE POURVOI FORME CONTRE L'ARRET RENDU LE 29 MARS 1963 PAR LA COUR D'APPEL D'AIX-EN-PROVENCE. N° 63 - 12 052 BERTOLINO C/ EPOUX Y... ET X.... PRESIDENT : M DROUILLAT - RAPPORTEUR : M CALBAIRAC - AVOCAT GENERAL : M ALBAUT - AVOCATS : MM BORE ET COUTARD. A RAPPROCHER : SUR LE N° 1 : 22 NOVEMBRE 1962, BULL 1962, II, N° 749 (1°), P 546 ;

29 NOVEMBRE 1962, BULL 1962, II, N° 760, P 556 ;

22 DECEMBRE 1964, BULL 1964, II, N° 851 (1°), P 624. SUR LE N° 2 :

21 MARS 1961, BULL 1961, II, N° 261, P 190 ;

1ER FEVRIER 1962, BULL 1962, II, N° 141 (1°), P 98 ;

11 JUILLET 1962, BULL 1962, II, N° 577, P 418 ;

29 NOVEMBRE 1962, BULL 1962, II, N° 761 (1°), P 556 ;

11 MARS 1964, BULL 1964, II, N° 227, P 172 ;

4 NOVEMBRE 1964, BULL 1964, II, N° 683, P 500 ;

3 DECEMBRE 1964, BULL 1964, II, N° 778, P 573.


Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Civile

Analyses

CASSATION - MOYEN NOUVEAU - RESPONSABILITE CIVILE - FAUTE - CONCLUSIONS D'APPEL NE VISANT QUE L'ARTICLE 1384 - ALINEA 1ER - DU CODE CIVIL.

MELANGE DE FAIT ET DE DROIT EST NOUVEAU ET PARTANT IRRECEVABLE LE MOYEN QUI FAIT GRIEF AUX JUGES DU FOND STATUANT SUR LA DEMANDE EN REPARATION D'UN MOTOCYCLISTE, BLESSE DANS LA COLLISION DE SA MACHINE AVEC UNE AUTOMOBILE, DE NE PAS AVOIR ADMIS QUE L'AUTOMOBILISTE AVAIT COMMIS UNE FAUTE, DES LORS QUE DANS LE DERNIER ETAT DE SA PROCEDURE, LE MOTOCYCLISTE AVAIT FONDE SA DEMANDE SUR L'ARTICLE 1384, ALINEA 1ER, DU CODE CIVIL.

RESPONSABILITE CIVILE - CHOSES INANIMEES - ARTICLE 1384 DU CODE CIVIL - RESPONSABILITE DE PLEIN DROIT - EXONERATION - FAUTE EXCLUSIVE DE LA VICTIME - CIRCULATION ROUTIERE - CROISEMENT - VEHICULE SE JETANT SUR CELUI ARRIVANT EN SENS INVERSE.

STATUANT SUR LA RESPONSABILITE DE LA COLLISITION SURVENUE ENTRE UNE AUTOMOBILE QUI, POUR DOUBLER UN AUTRE VEHICULE, AVAIT DEPASSE L'AXE MEDIAN DE LA ROUTE, ET UNE MOTOCYCLETTE VENANT EN SENS INVERSE, LES JUGES DU FOND QUI ONT CONSTATE D'UNE PART, QU'IL NE SAURAIT ETRE REPROCHE A L'AUTOMOBILISTE QUI CIRCULAIT SUR UNE VOIE LARGE DE DIX METRES SANS LIGNE MEDIANE, D'AVOIR DEPASSE UN VEHICULE CIRCULANT LENTEMENT, "DES LORS QU'IL LAISSAIT A SA GAUCHE UN ESPACE SUFFISANT POUR PERMETTRE LE CROISEMENT D'UNE AUTRE VOITURE ET SPECIALEMENT D'UNE MOTOCYCLETTE", D'AUTRE PART QUE LE MOTOCYCLISTE CONDUISAIT A VIVE ALLURE, N'AVAIT PAS SERRE SUR SA DROITE ET ETAIT VENU SE JETER SUR L'AUTOMOBILE, FONT UNE EXACTE APPLICATION DE L'ARTICLE 1384, ALINEA 1ER DU CODE CIVIL EN EXONERANT L'AUTOMOBILISTE DE TOUTE RESPONSABILITE.


Références
Décision attaquée : DECISION (type)


Publications
Proposition de citation: Cass. Civ. 2e, 05 novembre 1965, pourvoi n°JURITEXT000006970596, Bull. civ.N° 856
Publié au bulletin des arrêts des chambres civiles N° 856
RTFTélécharger au format RTF
Origine de la décision
Formation : Chambre civile 2
Date de la décision : 05/11/1965
Date de l'import : 14/10/2011

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : JURITEXT000006970596
Numéro NOR : JURITEXT000006970596 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.cassation;arret;1965-11-05;juritext000006970596 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.