Facebook Twitter
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Nantes, Juge unique, 09 juillet 2021, 21NT01303

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 21NT01303
Numéro NOR : CETATEXT000044155240 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.nantes;arret;2021-07-09;21nt01303 ?

Texte :

Vu la procédure suivante :

Procédure contentieuse antérieure :

Mme C... A... épouse B... a demandé au tribunal administratif de Nantes d'annuler la décision du 7 octobre 2020 par laquelle la commission de recours contre les décisions de refus de visa d'entrée en France a rejeté son recours formé contre la décision des autorités consulaires françaises à Abidjan (Côte d'Ivoire) du 11 mars 2020 refusant de lui délivrer un visa de court séjour.

Par un jugement n° 2010204 du 28 avril 2021, le tribunal administratif de Nantes a annulé la décision de la commission de recours contre les décisions de refus de visa d'entrée en France.

Procédure devant la cour :

Par une requête enregistrée le 11 mai 2021, le ministre de l'intérieur demande à la cour de prononcer le sursis à exécution de ce jugement en application des dispositions des articles R. 811-15 et suivants du code de justice administrative.

Le ministre soutient que :

-M. et Mme B... ne démontrent pas l'objet de leur séjour par des éléments précis tels qu'une lettre d'invitation ou une inscription à un salon, la seule présentation d'un K-BIS pour une société dont l'activité et le chiffre d'affaire ne sont pas connus et qui a été radiée du registre du commerce et des sociétés en mars 2019 n'étant pas suffisante ;

-le précédent visa des intéressés a fait l'objet d'une annulation en raison d'agissements frauduleux ;

-les relevés de comptes bancaires, même s'ils font apparaître un solde créditeur ne suffisent pas, eu égard à leur caractère provisoire et compte-tenu des agissements dont M. et Mme B... se sont rendus coupables, à établir que les intéressés justifiaient de moyens de subsistance suffisants ;

- M. et Mme B... qui ont détourné l'objet des visas de court séjour dit de circulation dont ils étaient titulaires en 2015 et 2017 afin de faciliter l'entrée en France de ressortissants ivoiriens munis de faux titres de séjour et qui allèguent devoir se rendre en France pour s'occuper d'une société radiée depuis mars 2019, présentent un risque de détournement de l'objet du visa à des fins autres que celles alléguées.

Vu :

- la requête n° 21NT01302 enregistrée le 11 mai 2021 par laquelle le ministre de l'intérieur a demandé l'annulation du jugement n°2010204 du 28 avril 2021 du tribunal administratif de Nantes.

- les autres pièces du dossier.

Vu :

- la convention d'application de l'accord de Schengen du 14 juin 1985, signée le 19 juin 1990 ;

- le règlement (CE) n° 810/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009, dit " code des visas " ;

- le règlement (UE) n° 2016/399 du Parlement européen et du Conseil du 9 mars 2016, dit " code frontières Schengen " ;

- le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile ;

- le code de justice administrative.

Les parties ont été régulièrement averties du jour de l'audience.

A été entendu au cours de l'audience publique :

- le rapport de M. Perez, président-rapporteur.

Considérant ce qui suit :

1. Aux termes de l'article R. 222-25 du code de justice administrative, " Les affaires sont jugées soit par une chambre siégeant en formation de jugement, soit par une formation de chambres réunies, soit par la cour administrative d'appel en formation plénière, qui délibèrent en nombre impair. / Par dérogation à l'alinéa précédent, le président de la cour ou le président de chambre statue en audience publique et sans conclusions du rapporteur public sur les demandes de sursis à exécution mentionnées aux articles R. 811-15 à R. 811-17 ". Aux termes de l'article R. 811-15 du même code : " Lorsqu'il est fait appel d'un jugement de tribunal administratif prononçant l'annulation d'une décision administrative, la juridiction d'appel peut, à la demande de l'appelant, ordonner qu'il soit sursis à l'exécution de ce jugement si les moyens invoqués par l'appelant paraissent, en l'état de l'instruction, sérieux et de nature à justifier, outre l'annulation ou la réformation du jugement attaqué, le rejet des conclusions à fin d'annulation accueillies par ce jugement ".

2. Le moyen tiré par le ministre du détournement de l'objet du visa demandé par Mme B... à des fins autres que celles alléguées paraît en l'état de l'instruction, sérieux et de nature à justifier, outre l'annulation du jugement attaqué, le rejet des conclusions à fin d'annulation et d'injonction accueillies par le tribunal. En conséquence, il y a lieu d'ordonner le sursis à l'exécution du jugement n°2010204 du 28 avril 2021 du tribunal administratif de Nantes.

DECIDE :

Article 1er : Jusqu'à ce qu'il ait été statué sur la requête formée par le ministre de l'intérieur contre le jugement n°2010204 du 28 avril 2021 du tribunal administratif de Nantes, il sera sursis à l'exécution de ce jugement.

Article 2 : Le présent arrêt sera notifié au ministre de l'intérieur et à Mme C... A... épouse B....

Rendu public par mise à disposition au greffe le 9 juillet 2021.

Le président -rapporteur

Alain PEREZ

Le greffier,

Aline LEMEE

La République mande et ordonne au ministre de l'intérieur en ce qui le concerne, et à tous huissiers de justice à ce requis en ce qui concerne les voies de droit commun contre les parties privées, de pourvoir à l'exécution de la présente décision.

2

N°21NT01303


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Alain PEREZ

Origine de la décision

Formation : Juge unique
Date de la décision : 09/07/2021
Date de l'import : 12/10/2021

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones
Association des cours judiciaires suprêmes francophones
Accédez au site de l’AHJUCAF
Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours suprêmes judiciaires francophones,
Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.