Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Cour administrative d'appel de Marseille, 1e chambre, 28 décembre 1998, 96MA01443

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 96MA01443
Numéro NOR : CETATEXT000007575786 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;cour.administrative.appel.marseille;arret;1998-12-28;96ma01443 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REGLES GENERALES - IMPOT SUR LE REVENU - ENFANTS A CHARGE ET QUOTIENT FAMILIAL.


Texte :

Vu l'ordonnance en date du 29 août 1997 par laquelle le président de la Cour administrative d'appel de Lyon a transmis à la Cour administrative d'appel de Marseille, en application du décret n 97-457 du 9 mai 1997, la requête présentée par M. CANARD ;
Vu la requête, enregistrée au greffe de la Cour administrative d'appel de Lyon, le 18 juin 1996 sous le n 96LY01443, présentée par M. Pierre X..., demeurant ... ;
M. CANARD demande à la Cour d'annuler le jugement en date du 4 avril 1996 par lequel le Tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande tendant à la réduction des cotisations d'impôt sur le revenu auxquelles il a été assujetti au titre des années 1987 à 1989 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code général des impôts ;
Vu le livre des procédures fiscales ;
Vu la loi n 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l'audience ;
Après avoir entendu au cours de l'audience publique du 29 octobre 1998 :
- le rapport de Mme LORANT, premier conseiller ;
- les observations de M. Pierre CANARD;
- et les conclusions de M. BENOIT, premier conseiller ;

Considérant qu'il incombe à M. CANARD d'apporter la preuve de l'exagération des impositions auxquelles il a été assujetti au titre des années 1987, 1988 et 1989, conformément aux dispositions de l'article R.194-1 du livre des procédures fiscales, dès lors qu'il a été imposé conformément à ses propres déclarations ;
Considérant qu'en appel, M. CANARD limite ses conclusions à la réduction de ses bases d'imposition correspondant à une division du revenu imposable de 2 parts ;
Considérant, d'une part, qu'aux termes de l'article 6 du code général des impôts en vigueur à l'époque des faits : "Chaque contribuable est imposable à l'impôt sur le revenu, tant en raison de ses bénéfices et revenus personnels que de ceux de ses enfants et des personnes considérées comme étant à sa charge au sens des articles 196 et 196 A bis. Sauf application des dispositions 4 et 5, les personnes mariées sont soumises à une imposition commune pour les revenus perçus par chacune d'elles et ceux de leurs enfants et des personnes à charge mentionnés au premier alinéa : cette imposition est établie au nom de l'époux, précédée de la mention "Monsieur ou Madame" ( ...) 4. Les époux font l'objet d'impositions distinctes : a. Lorsqu'ils sont séparés de biens et ne vivent pas sous le même toit ; b. Lorsqu'étant en instance de séparation de corps ou de divorce, ils ont été autorisés à avoir des résidences séparées. c. Lorsqu'en cas d'abandon du domicile conjugal par l'un ou l'autre des époux, chacun dispose de revenus distincts" ;
Considérant, d'autre part, que l'article 194 du même code, alors applicable, prévoit que le nombre de parts à prendre en considération pour la division du revenu imposable prévue à l'article 193 est fixé comme suit : célibataire, divorcé ou veuf sans enfant à charge = 1, marié sans enfant à charge = 2 ; ... En cas d'imposition séparée des époux, par application du 4 de l'article 6, chaque époux est considéré comme un célibataire ;
Considérant qu'il résulte des propres écritures en appel produites par M. CANARD, qui reprennent sa réclamation initiale, que ce dernier demandait à être imposé au titre des années en cause, sur le fondement de l'article 6.4 alinéa a. du code général des impôts précité ; que, dès lors, il ne peut demander à bénéficier des 2 parts prévues pour un couple marié ; qu'il ne peut se prévaloir à l'appui de sa contestation du simple constat de la variation du quotient familial retenu par l'administration fiscale de 1982 à 1990 ; que la circonstance que ce quotient ait été fixé à 2 parts à compter de 1991 ne suffit pas davantage à démontrer que ce chiffre aurait dû être retenu pour les années antérieures ; qu'il ne peut non plus se prévaloir de l'obligation où il a été tenu d'assurer le paiement de l'impôt sur le revenu de son épouse qui n'est que l'expression de la solidarité entre époux ;
Considérant que de tout ce qui précède il résulte que M. CANARD n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Nice a rejeté sa requête ;
Article 1er : La requête de M. CANARD est rejetée.
Article 2 : Le présent arrêt sera notifié à M. CANARD et au MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE.

Références :

CGI 6, 194, 193
CGI Livre des procédures fiscales R194-1


Publications :

RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme LORANT
Rapporteur public ?: M. BENOIT

Origine de la décision

Formation : 1e chambre
Date de la décision : 28/12/1998
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Interview de JP Jean secrétaire général de l’AHJUCAF dans « Le Monde du droit » sur l’accès à la jurisprudence francophone.


Association des cours judiciaires suprêmes francophones Association des cours judiciaires suprêmes francophonesVisitez le nouveau site de l'AHJUCAF Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.