La jurisprudence francophone des Cours suprêmes


recherche avancée

29/05/1987 | FRANCE | N°78522

France | France, Conseil d'État, 6 / 2 ssr, 29 mai 1987, 78522


Vu la requête enregistrée le 18 juin 1986 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Gilbert X..., incarcéré à La Centrale de Poissy, ... , et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1° annule l'ordonnance de référé en date du 8 avril 1986 par laquelle le Président du tribunal administratif de Paris a rejeté sa demande tendant à la suppression de la perception des droits d'entrée pour les séances de cinéma données à la maison centrale de Poissy,
2° déclare la perception de droits d'entrée aux séances de films-vidéo illégale,
Vu les au

tres pièces du dossier ;
Vu le code des tribunaux administratifs ;
Vu l'ordonnanc...

Vu la requête enregistrée le 18 juin 1986 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Gilbert X..., incarcéré à La Centrale de Poissy, ... , et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1° annule l'ordonnance de référé en date du 8 avril 1986 par laquelle le Président du tribunal administratif de Paris a rejeté sa demande tendant à la suppression de la perception des droits d'entrée pour les séances de cinéma données à la maison centrale de Poissy,
2° déclare la perception de droits d'entrée aux séances de films-vidéo illégale,
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code des tribunaux administratifs ;
Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ;
Vu la loi du 30 décembre 1977 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de Mme Falque-Pierrotin, Auditeur,
- les conclusions de M. E. Guillaume, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que M. X..., qui a demandé au président du tribunal administratif de Paris, par la voie du référé administratif, d'ordonner l'arrêt des projections payantes de films vidéo dans l'établissement pénitentiaire où il est détenu et le remboursement des sommes qui ont été indûment prélevées sur son pécule à cette occasion, fait appel de l'ordonnance rejetant sa demande en se bornant à demander au Conseil d'Etat de déclarer illégale la perception des droits d'entrée, lors des séances collectives de projection de ces films ; que de telles conclusions, présentées pour la première fois en appel, ne sont pas recevables ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. X... et au Garde des sceaux, ministre de la justice.


Type d'affaire : Administrative

Analyses

PROCEDURE - PROCEDURES D'URGENCE - REFERE - RECEVABILITE - Ne présente pas ce caractère.

SPECTACLES - SPORTS ET JEUX - CINEMAS - Etablissements pénitentiaires - Perception de droits d'entrée pour les séances de cinémas données dans une maison d'arrêt - Légalité.


Références :

Publications
Proposition de citation: CE, 29 mai. 1987, n° 78522
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF
Composition du Tribunal
Rapporteur ?: Mme Falque-Pierrotin
Rapporteur public ?: E. Guillaume

Origine de la décision
Formation : 6 / 2 ssr
Date de la décision : 29/05/1987
Date de l'import : 06/07/2015

Fonds documentaire ?: Legifrance


Numérotation
Numéro d'arrêt : 78522
Numéro NOR : CETATEXT000007728843 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1987-05-29;78522 ?
Association des cours judiciaires suprmes francophones
Organisation internationale de la francophonie
Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie. Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des Cours suprêmes judiciaires francophones. Il est soutenu par l'Organisation Internationale de la Francophonie.